L'Oeil du Nord
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -29%
Climatiseur mobile et réversible Argo Milo Plus ...
Voir le deal
389 €
Le Deal du moment : -33%
Ventilateur ROWENTA VU5640 TURBO SILENCE EXTRÊME
Voir le deal
67 €

Partagez | 
 

 [suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Wiltor AileTranchante

MISSIVE ENVOYÉES : 25


[suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja] Vide
MessageSujet: [suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja]   [suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja] Icon_minitimeJeu 5 Aoû - 20:32

[HRP] Navré du retard, mes amours ♥ [/HRP]



    Wiltor vérifia d'un coup d'œil que sa mise était parfaite. Il n'avait pas pris le temps de passer par ses appartements, aussi ne pouvait-il rien pour ses cheveux pleins de poussière, ni pur les traces de boue sur ses bottes. Il devait sentir le cheval, le cuir et le sang séché; il espérait fortement que cette dernière odeur couvrirait suffisamment les autres pour ne pas incommoder Dame Howlin. C'était devant a porte qu'il se trouvait. Il jeta un coup d'œil à l'elfe désarmé qui le suivait, l'un des tout premiers vivants à être autorisé à se rendre dans Undercity et à pouvoir en ressortir en vie... Sans doute. Peut-être. Si Freyja était de bonne humeur. Il avait longuement réfléchi, mais finalement, il ne voulait pas attirer sa Dame dans les dédales surpeuplés de la partie civile de la cité souterraine, et laisser l'elfe quelque part risquait de déclencher certains évènements... Désagréables et empiriques. Il y avait également le risque que Noxwell tombe dessus. Noxwell ou quelqu'un d'autre. Il avait donc prit la décision d'emmener son futur "associé" avec lui jusque dans le cœur même de al cité. L'autre s'était obligeamment prêté au jeu, acceptant le bâillon, le bandeau et d'être porté. Celui avait évité à Wiltor de le faire assommer pour ne pas qu'il puisse repérer les lieux, puisqu'il était impensable de le droguer de nouveau. Cela n'aurait pas plu à Freyja d'être dérangée pour qu'on lui demande d'attendre son rétablissement. Wiltor s'accorda un petit sourire à cette pensée. La drogue. Durant la moitié du chemin, les doses versées dans la nourriture de l'elfe avaient été infimes, pour qu'il ne remarque pas immédiatement la transition, qu'il s'habitue au goût et aux effets. Arrivés à une trentaine de lieues de l'intersection qui les redirigerait vers Undercity, Wiltor avait augmenté les doses de façon drastique. Il était certain que l'autre avait compris que sa fatigue, sa désorientation et son incapacité à se repérer n'étaient pas le fruit du hasard, mais il n'avait rien dit, prouvant encore son intelligence. Un bon point pour lui. Ses guerriers, qui l'accompagnaient, à la fois par loyauté et pour commencer leur travail d'instructeurs au plus vite, étaient tous bâillonnés, les oreilles bouchées et les mains liées dans le dos. Pour autant ils n'étaient pas maltraités, si l'on exceptait le fait qu'ils devaient tout faire les yeux bandés. Wiltor se dit que savoir vivre sans la vue ne pouvait qu'être un avantage, et qu'il devraient même lui en être reconnaissant, fut-ce à leur corps défendant. Le voyage avait été long et morne, puisque même si les conditions avaient été posées, négociées et établies, il fallait encore que Freyja donne son accord. Wiltor avait donc repoussé l'idée de commencer à faire entraîner son escouade sur le chemin, ce qui n'aurait pas été sûr, de toute façon, plutôt que de risquer d'encourir la fureur de la Dame Noire pour avoir outrepassé ses droits de trop loin.

    Il reporta son attention sur la porte massive, tout d'un bloc, en ébène poli, qui barrait l'accès d'un salon secondaire de Freyja, lieu qu'elle utilisait de temps à autres pour réfléchir, lire ou écrire. Même se reposer, en de très rares occasions. Wiltor caressa inconsciemment du bout de ses doigts la cicatrice qu'il avait sur la paume. Il se redressa, faisant craquer et grincer son uniforme, frappa trois coups rapides, attendit de recevoir l'instruction d'entrer. Un silence presque glacial l'accueillit, et il dut prendre sur lui pour ne pas flancher. Se tournant vers la porte, il fit un signe de tête aux deux gardes qui amenèrent doucement l'elfe à ses côtés, s'agenouillèrent devant Dame Howlin et ressortirent sans un mot, refermant la porte derrière eux et se joignant à l'équipe qui la gardait. Wiltor dégaina sa lame noire... Et trancha les liens de l'elfe, avant de lui ôter son bâillon. Puis il s'agenouilla à ses côtés devant la créature pour qui il vivait, à laquelle il avait voué son âme. Voyant que l'elfe restait sans bouger, sans doute déboussolé, il le tira vivement par la manche, afin qu'il tombe à genou lui aussi.

    - A genoux devant la Reine d'En Bas, Sylvanien ! dit-il d'une voix dure, presque rocailleuse. Puis il tourna de nouveau son regard vers le sol. Toujours pas le moindre son venant de Dame Howlin. Une vrille l'inquiétude le saisit, mais il parvint à déclarer doucement :

    - Ma Dame, me voila de retour...
Revenir en haut Aller en bas
Danna Ewracht

Danna Ewracht

RANG : J'dois mettre quoi ici ?
METIER : ///
MISSIVE ENVOYÉES : 10


[suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja] Vide
MessageSujet: Re: [suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja]   [suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja] Icon_minitimeSam 7 Aoû - 16:25

J'ai accepté l'accord que m'a proposé Wiltor Ailetranchante, le lieutenant de Freyja. C'est un accord intéressant, surtout pour moi. Me voilà donc en route pour Undercity, pour voir si Dame Freyja Howlin accepte cette "entente". Ce serait déjà bien que je puisse y aller en étant vivant... Et en ressortir dans le même état.

Cela fait pas mal de temps que l'on marche. Tous mes compagnons me suivent, les yeux bandés, les oreilles bouchées, les mains liées. Mais bon, on dit que c'est nécessaire, et si on commence un combat maintenant, on le perd à coup sûr.

J'avais déjà remarqué que la nourriture avait un goût bizarre, mais je n'y ai pas beaucoup prêté attention. Mais lorsque l'on est arrivé à peu près à la moitié de la distance qui nous séparait d'Undercity, ce goût s'accentua d'une très forte manière. Je compris ce que c'était lorsque mes sens s'émoussèrent, que ma vue se brouilla à moitié et que je n'arrivait plus à me repérer. De la drogue. Il joue la carte de la prudence, ne voulant pas que je me souvienne du chemin jusqu'à sa ville. J'aurai sûrement fait pareil, si j'avais voulu l'amener jusqu'à mon camp.

On est arrivé à Undercity, et les effets de la drogue s'amenuisent, je reprends peu à peu mes esprits. Mais pour plus de sécurité, Wiltor veut que je mette un bandeau, un baillon, mais aussi que j'accepte d'être porté. Si c'est pour ma survie, je n'y voit pas d'inconvénients. Et je n'ai pas envi d'être de nouveau drogué.

On s'est arrété. On doit être devant la porte de sa reine. Deux gardes nous accompagnent. Wiltor frape à la porte, puis une voix accepta de le voir. Puis les deux gardes m'emmènent dans la pièce, et quelqu'un me trancha mes liens et m'enleva mon baillon et mon bandeau. Enfin je peux voir. Ce n'est pas trop tôt.

Aussitôt, Wiltor me tire par la manche, me forçant à me mettre à genoux.


- A genoux devant la Reine d'En Bas, Sylvanien !

Pourquoi devrais-je me mettre à genoux ? Qu'est-ce qu'elle a fait pour mériter mon respect ? Rien. Je me relève donc, et m'adresse d'une voix neutre à la "Reine d'En Bas", aussi bien pour elle que pour son lieutenant, tout en la regardant dans ses yeux brillants.

Je ne me met à genoux devant une personne que pour montrer ma soumission, ou mon respect. Je ne suis pas l'un de vos soldats, et vous n'avez rien fait qui puisse vous attirer mon respect. Je resterai donc debout, que cela vous plaise ou non. Et vous ne pourrez rien y faire, à part me couper les jambes. Le ferez-vous ?

Et voilà, à peine arrivé, et je me met peut être à dos celle qui dirige cette cité. Je fais fort. Qu'est-ce que j'ai donc avec les dirigeants ? Mais bon, maintenant que c'est dit, c'est dit, et je n'ai pas de regrets. Je continu donc à regarder Freyja dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas


Dr. Freyja Howlin
Admin et Fondatrice Ethérée

La Mère des Damnés
l'ombre de la cité maudite.
,
[suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja] Tumblr_mh5o57wcMz1qbji6ao1_500
JE SUIS : le règne nouveau.
RANG : couronne de Dieppgard.
METIER : dirigeante du peuple mort-vivant.
MISSIVE ENVOYÉES : 48


[suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja] Vide
MessageSujet: Re: [suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja]   [suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja] Icon_minitimeMer 11 Aoû - 8:52

Les plaines avaient l'odeur de la colère ; le sol grondait. Il n'en faudrait pas plus à présent pour déclencher une véritable guerre entre les humains et les elfes. Et les morts-vivants, eux, s'en frottaient les mains. Leur prisonnier s'était révélé être un humain directement en rapport avec ces fameuses scieries ; il devenait donc nécessaire de l'interroger au plus vite pour ainsi prendre ses dispositions et accélérer l'éminence du carnage. Un délectable carnage. Tout cela, bien sûr, n'était que figuré depuis les entrailles de la cité des Damnés : on n'avait, bien entendu, aucun échos des manifestations de colère de ces vivants qui se disputaient comme deux charognards la carcasse déjà putride de la brebis galeuse. Sans voir qu'au-dessus d'eux se tendaient peu à peu un filet, un piège inextricable dans lequel ils seront précipités, malgré eux. A cette pensée, Freyja Howlin se réjouit. Son peuple connaitra l'ivresse d'une victoire complète, acquise, ainsi que celle, plus secrète, du festin qui lui succèdera. Des corps et des corps pour la gloire des Damnés. Oui, la gloire enfin, ce vice qui ne semble pas en être un, une façon plus élégante pour désigner un plaisir pernicieux de s'élever au-dessus des autres, de se montrer en seul maitre, en seul gagnant. Tout les guerriers n'ont que ça à la bouche. "La gloire". N'est-ce pas finalement qu'un désir égoiste de graver son nom dans l'histoire pour que, se jouant de la mort, l'on puisse le célébrer de longues années encore après ? Mais l'on ne se joue pas de la Mort, et, ça, les Damnés le savent bien.

Il restait cependant quelque chose à absolument finir avant de s'adonner aux joies de la guerre. Le poison. Car il était, malheureusement, loin d'être au point, et la reine des Damnés en rongeait son frein de ne pas pouvoir écrire entre les flots de cet acide la formule exacte qu'elle désirait. Le docteur Noxwell lui-même ne pouvait -et encore fallait-il qu'elle ait compris les exigences de la Dame- elle ne pouvait y faire grand-chose, et, malgré les nombreux essais, le sérum restait désespérément liquide, caustique, pour un mot inutilisable. Freyja eut un léger sourire en pensant, effectivement, aux propriétés corrosive du "Hell 22", comme pouvait toujours en témoigner son cher lieutenant. Quelques secondes avaient suffi au poison pour s'ancrer dans la chair et la ronger profondément, laissant une marque indélébile sur la peau pâle. Wiltor, justement, était parti depuis quelques jours avec une escouade pour, dieu seul sait quoi ? mener sûrement quelques expéditions contre les Vikings ou... enfin, bref, peu d'importance. Le fait était que l'humain n'était toujours pas interrogé, les plans toujours pas dévoilés, et donc la stratégie toujours pas établie. Le temps pressaient, et il valait mieux le mettre à disposition pour ce but plutôt que pour quelques escarmouches qui se pouvaient bien d'attendre. Mais Freyja n'était pas là à dicter la moindre action de son peuple, son moindre souffle - sans jeu de mot - ou son moindre tressaillement. Les choses seraient comme elles viendraient, et il sera autant plus drôle de démêler les noeuds. Car la confiance, quoiqu'on en dise, n'est pas toujours gage de réussite.

Trois coups frappés, distinctement, à la porte de son salon, la tirèrent de ses vastes pensées. Serait-ce donc Noxwell qui viendrait lui rapporter quelque précieux rapport du laboratoire ?
"- A genoux devant la Reine d'En Bas, Sylvanien ! "
Non, non, ce n'était pas Noxwell. Cette voix, Freyja l'avait immédiatement reconnue, malgré un accent quelque peu étranger dans son intonation. C'était celle de Wiltor Ailetranchante, qui revenait de son expédition, et, visiblement, à en juger par les bruits des bottes sur les pavés, il n'était pas seul. Toujours dos à son lieutenant, les deux mains appuyées contre son bureau, Freyja laissa le silence planer un instant, lourd et menaçant. Avait-elle mal entendu, ou Ailetranchante s'adressait-il à un... "Sylvanien" ?


Ce ne fut que lorsque la porte se fut refermée sur, probablement des gardes qui escortaient ce... "prisonnier" ou cet "invité", selon le point de vue, que Wiltor, avec une voix hésitante, sollicita l'attention de la Dame :
" - Ma Dame, me voila de retour..."
A nouveau le silence se fit, avant qu'une voix, vive et assurée, ne s'élève :
" - Je ne me met à genoux devant une personne que pour montrer ma soumission, ou mon respect. Je ne suis pas l'un de vos soldats, et vous n'avez rien fait qui puisse vous attirer mon respect. Je resterai donc debout, que cela vous plaise ou non. Et vous ne pourrez rien y faire, à part me couper les jambes. Le ferez-vous ? "

Oh, oh, quel affront. Freyja se retourna lentement, nullement outragée. Elle ne l'était pas en effet par le fait que l'elfe se s'agenouillât pas : n'était-elle pas mortelle ? Mais son discours audacieux n'était pas en faveur de son intelligence. Il est de certaines circonstances où l'on se garde de certaines choses, et visiblement cet elfe, qui qu'il fut, semblait outrepasser cette règle avec arrogance. Quand elle plaça ses yeux dans ceux de l'elfe, elle s'aperçut qu'il la regardait déjà. S'il avait peur, il ne le montrait pas. Derrière son masque, le regard glacial de la Dame sondait l'inconnu avec une insistance presque gênante. Puis, se détachant enfin, elle s'approcha de Wiltor, lentement, chacun de ses pas résonnant dans la pièce froide. Se penchant vers lui, elle l'invita à relever la tête, et, dans un souffle presque inaudible, mais grondant de colère :
" - Que m'as-tu donc ramené là, trésor ? "

Toujours lentement, elle recula de deux pas, par jauger à nouveau les deux elfes. Peu à peu les suppositions concernant la présence de l'étranger se bousculaient dans son esprit, l'irritait. Son visage était toujours impassible, mais sa voix se faisait menaçante, hostile.

" - Qui es-tu ? " demanda-t-elle presque brusquement à cet invité surprise. Puis, s'adressant cette fois-ci à Wiltor, et d'une voix plus venimeuse encore :
" - Que fait-il ici ? "


Dernière édition par Dr. Freyja Howlin le Jeu 23 Juin - 14:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://oeil-du-nord.superforum.fr


Wiltor AileTranchante

MISSIVE ENVOYÉES : 25


[suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja] Vide
MessageSujet: Re: [suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja]   [suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja] Icon_minitimeJeu 19 Aoû - 8:52

[HRP]Désolé, mon post a disparu dans un crash système TT^TT Donc j'ai refait, mais je manquais un peu de courage pour refaire les 70 lignes originelles ><" [/HRP]


    La colère grondait dans la voix de Dame Howlin, ajoutant encore au malaise du lieutenant damné. Cependant, l'heure n'était pas à l'hésitation. Freyja avait horreur des gens qui traînent à s'expliquer, ou qui doutent de leurs propres actes. S'il avait eu besoin d'air, Wiltor aurait certainement pris une grande inspiration avant de répondre.

    - Ma Dame, je vous présente Danaliet Syrien, réprouvé de Sylvan. Il n'obéit plus aux ordres de la cité-arbre, et se vouait à une lutte stérile et continue contre les géants du froid. Ce jusqu'à ce que je le trouve. Nous avons convenu d'un accord plutôt profitable. Il forme nos nouvelles troupes, il accomplis avec ses hommes quelques menues missions à notre compte, et en contrepartie, nous ne l'inquiétons pas, il aura accès aux caches de classe deux... En somme.

    Cela dit, Wiltor se tu, mais contrairement à des années et des années d'habitudes, il ne resta pas agenouillé. Se relevant lentement, il jeta un regard empli de fiel à l'elfe arrogant qui risquait de les perdre tous les deux, puis se dirigea vers une table recouverte de cartes, feuilles, notes, comptes-rendus, rapports, babioles. Une immense frustration s'éleva alors en lui, et d'un revers du bras, il fit chuter la totalité du fatras encombrant le plan de travail. Sortant de sa sacoche une grande carte en parchemin, qu'il étala à la place. La carte dépassait presque les rebords de la table. S'avançant vivement jusqu'à une étagère, il y récupéra quatre longues et larges aiguilles en fer blanc, qu'il planta à chaque coin de sa carte. Une vue des cités vikings et Elfiques et de leurs environs, entre les deux capitales. Remarquablement détaillées, la carte était chargées d'annotations griffonnées en pattes de mouches, de différentes couleurs. Çà et là, quelques ratures. Et, entouré d'un gris vif, presque encerclée d'inscriptions, la cache de Danaliet. Wiltor en avait fait un compte rendu rapide et précis, ainsi que des elfes renégats, y accotant les gains possibles pour les damnés. Cependant, il ne se sentait toujours pas apaisé. Sans se retourner, il tenta de dire le plus doucement possible, avec un succès mitigé :

    - Ils sont idéalement formés, ils connaissent les nouveaux accès, habitués à œuvrer sans base d'attache, disciplinés. Et surtout...

    Il crispa les poings pour ne pas frapper la table. Il ne savait plus ce qu'il voulait dire, la boule dans sa gorge, de frustration, de colère et de fatigue omnibulant ses pensées. Il ne se ménageait pas assez, il ne se maîtrisait pas.Faisant un effort incroyable sur lui même, il se redressa, les yeux plus vifs et lumineux qu'un instant auparavant. L'étrange lueur disparut bien vite, et il se retourna vers sa Dame.

    - Pardonnez-moi.

    De vouloir penser pour vous, de prétendre mieux savoir, mieux comprendre. Se forgeant un masque impassible, il se redressa, bien décidé à en dire le moins possible. De toute façon, il savait que tôt ou tard, Freyja lui ferait comprendre que son expédition surprise ne lui avait pas plu.
Revenir en haut Aller en bas


Wiltor AileTranchante

MISSIVE ENVOYÉES : 25


[suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja] Vide
MessageSujet: Re: [suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja]   [suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja] Icon_minitimeVen 14 Oct - 12:28

[HRP]
Il serait certainement de bon ton de supprimer ce topic... Etant donné la refonte du forum, rien ne le rattache plus au background, selon moi.
[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



[suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja] Vide
MessageSujet: Re: [suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja]   [suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

[suite] De quoi apaiser Freyja ? [Danaliet, Wiltor, Freyja]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Oeil du Nord :: 
Une halte durant votre périple... (HRP)
 :: Archives :: Prologue
-